Infection à VIH/sida

Mieux connaître les spécificités féminines  Abonné

Publié le 11/09/2012

OUTRE leur susceptibilité accrue à la contamination par le VIH, liée à des facteurs biologiques, les femmes sont également désavantagées par rapport aux hommes dans le suivi de l’infection. Ainsi, « le risque qu’une femme ne vienne pas à sa première consultation est plus élevé », parce que les contraintes sociales pèsent davantage sur elles que sur les hommes, explique le Dr Karine Lacombe (hôpital Saint-Antoine, Paris). Elles pâtissent aussi d’un retard à l’accès aux antirétroviraux (ARV).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte