Le VIH dans l’épithélium vaginal

Les cellules qui desquament, zone de faiblesse  Abonné

Publié le 16/12/2008

ALORS QU’IL ÉTAIT surtout admis que le VIH ne pouvait franchir l’épithélium vaginal qu’à partir d’une lésion locale, une équipe américaine, Thomas Hope et coll., vient de constater qu’un passage est bel et bien possible au travers d’une muqueuse saine. Le virus profite tout simplement de la moindre adhésivité des cellules en voie de desquamation pour s’infiltrer à l’intérieur de l’épithélium. Il utilise cette zone de faiblesse de la muqueuse comme une porte dérobée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte