Après une greffe de cellules souches

Le ruxolitinib, un nouvel espoir dans la réaction aiguë du greffon contre l'hôte  Abonné

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 12/05/2020
Selon une étude de phase III, le ruxolitinib permet d'améliorer cliniquement les patients souffrant de réaction aiguë du greffon contre l'hôte après une greffe de moelle osseuse résistante au traitement standard par glucocorticoïdes. Jusque-là, aucun traitement n'avait apporté de réponse satisfaisante à ces patients.
Après une greffe de moelle osseuse, de nombreux patients développent une réaction aiguë du greffon contre l'hôte

Après une greffe de moelle osseuse, de nombreux patients développent une réaction aiguë du greffon contre l'hôte
Crédit photo : Phanie

Après une greffe de moelle osseuse, de nombreux patients développent une réaction aiguë du greffon contre l'hôte (appelée GVH pour Graft-Versus-Host). Dans une étude de phase III multicentrique publiée dans le « New England Journal of Medecine », le ruxolitinib a permis de diminuer significativement la gravité de la GVH chez des patients souffrant d'une GVH réfractaire au traitement standard par glucocorticoïdes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte