Grâce au séquençage de l’ADN proviral

Le réservoir VIH serait 60 fois plus important que prévu  Abonné

Publié le 28/10/2013
1382951240467240_IMG_114360_HR.jpg

1382951240467240_IMG_114360_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

À CE JOUR, LE RÉSERVOIR latent de virus représente « l’obstacle le plus important à un traitement curatif de l’infection » rappellent les auteurs. Chez les patients traités par antirétroviraux, le virus persiste latent sous la forme de réservoir. Les antirétroviraux qui touchent la réplication active du virus, n’affectent pas les formes latentes ou inactives du VIH. Mais quand le traitement est arrêté, la réplication virale reprend.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte