Le LEEM espère un changement de législation  Abonné

Publié le 03/12/2010

LA RÉVISION de la loi bioéthique doit être l’occasion de clarifier le cadre législatif de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, souhaitent Didier Hoch et Annick Schwebig, président et vice-présidente du Comité Biotech des Entreprises du médicament (LEEM). La thérapie génique est une recherche « prometteuse pour l’avenir qui intéresse aujourd’hui tous les grands acteurs de l’industrie pharmaceutique. Mais la France, avec ses contraintes réglementaires n’est pas un pays attractif pour les laboratoires internationaux », souligne Annick Schwebig.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte