Recherche clinique

La loi Jardé entre avancées et contraintes  Abonné

Publié le 22/11/2018
jardé

jardé
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Avec la loi Jardé (1, 2), la volonté du législateur était de renforcer la protection des personnes se prêtant à des recherches biologiques ou médicales. En étendant la loi aux recherches non interventionnelles, le législateur souhaitait regrouper les différentes catégories de recherches existantes dans la « recherche impliquant la personne humaine » (RIPH), avec un socle réglementaire commun imposant la soumission de tous les projets à un comité de protection des personnes (CPP).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte