Excrétion virale confirmée chez les patients asymptomatiques, une preuve de plus en faveur de la transmission du SARS-CoV-2, selon l'INSERM

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 06/04/2020

Crédit photo : AFP

Depuis le début de l'épidémie de l'infection Covid-19, la question se pose : les personnes asymptomatiques peuvent-elles transmettre la maladie ? Une équipe de l'INSERM*, dirigée par Xavier Duval, s'attelle à y répondre depuis fin janvier et l'apparition des premiers cas en France. Les premiers résultats tendent en effet à confirmer ce phénomène, et soulignent ainsi l'intérêt des mesures de confinement.

Les chercheurs se sont intéressés initialement au cluster identifié fin février aux Contamines-Montjoie (Haute-Savoie) en suivant des foyers où résidaient des personnes confinées après avoir été en contact avec un cas confirmé de Covid-19. L'évolution rapide de l'épidémie les a amenés ensuite à suivre plus spécifiquement les soignants exposés à des patients Covid-19 avant que ces cas ne soient confirmés et avant apparition des symptômes. L'étude a déjà pu en inclure 100.

Excrétion virale mise en évidence

Les premières analyses ont mis en évidence, par le biais des prélèvements nasopharyngés, une excrétion du virus chez les personnes qui n'ont pas encore développé de symptômes et chez les personnes asymptomatiques.

Ces premiers résultats sont cohérents avec les données internationales montrant que les porteurs du SARS-CoV-2 ne présentant pas ou très peu de symptômes peuvent excréter des particules virales au niveau de leur salive et de leurs fosses nasales, selon l'INSERM.

L'étude de Xavier Duval a été sélectionnée par le consortium REACTing et fait partie du projet européen Recover (Rapid European Covid-19 Emergency Response).

* Unité 1137 INSERM/Université Paris 13/Université Paris Diderot et CIC-EC 1425 Hôpital Bichat, AP-HP/Nord-Université de Paris


Source : lequotidiendumedecin.fr