Covid-19 : « CORIMUNO-19 teste des immunomodulateurs, une dizaine de pistes sont déjà en test », indique le Pr Olivier Hermine, coordinateur

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 14/04/2020

Crédit photo : B.Heymann/Académie de Sciences

Afin d'identifier les stratégies thérapeutiques les plus efficaces contre l'infection Covid-19, l’AP-HP a lancé une grande étude permettant la réalisation simultanée d’essais contrôlés randomisés chez des patients hospitalisés pour une infection Covid-19. Le Pr Olivier Hermine, hématologue à l'hôpital Necker-Enfants malades, coordonne cet essai appelé CORIMUNO-19.

LE QUOTIDIEN : Quel est l'objectif de CORIMUNO-19 ?

PR OLIVIER HERMINE : CORIMUNO-19 teste essentiellement des traitements à visée immunomodulatrice afin d'évaluer leur capacité à la fois à diminuer l'hyper-réaction inflammatoire qui survient en réponse au virus et à augmenter la réponse immunitaire pour faire disparaître le virus sans être toxique pour les tissus. L'objectif est d'éviter le passage en réanimation pour les patients hospitalisés ayant des besoins en oxygène et de diminuer les atteintes pulmonaires, les séquelles et la durée de réanimation pour ceux qui sont déjà intubés.

Comme l'étude porte sur des patients à haut risque, le bénéfice du traitement peut être démontré très rapidement.

Comment se déroule l'étude ?

CORIMUNO-19 est une étude dans laquelle on randomise différentes cohortes de patients. Dans chacun des essais randomisés, le traitement évalué est comparé au traitement standard que sont les traitements symptomatiques avec une analyse en temps réel des critères d'évaluation précoces, par exemple les besoins en oxygène ou un éventuel passage en réanimation.

Les résultats d'efficacité seront analysés par un comité indépendant. Si le traitement s'avère plus efficace, il deviendra alors le nouveau standard dans le cadre d'un usage compassionnel. Toutefois, l'étude ne s'arrête pas là pour autant, car nous continuerons de chercher si un autre médicament peut encore mieux faire.

L'infection Covid-19 nous est tombée dessus  : il faut très rapidement la comprendre, trouver comment la traiter et comment en faire bénéficier le plus grand monde. Grâce à la mobilisation de l'AP-HP, de l'INSERM, des universités, des CPP et de l'ANSM, les processus ont été accélérés dans le respect des règles scientifiques. La mise en place rapide de la plateforme CORIMUNO-19 permet, grâce à des méthodes statistiques complexes, d'obtenir des résultats robustes. Environ 400 patients provenant de toute la France ont déjà été inclus.

Comment ont été choisis les traitements évalués ?

La réponse immunitaire fait intervenir de nombreux acteurs. Pour identifier les différentes hypothèses thérapeutiques, nous nous basons sur des résultats scientifiques précliniques ou sur des hypothèses solides, mais aussi sur la disponibilité des médicaments et la faisabilité de la mise en œuvre.

Aujourd'hui, plus d'une dizaine d'hypothèses sont déjà en phase de test, parmi lesquelles les anticorps anti-interleukine et la transfusion de plasma de patients guéris. Les différentes hypothèses peuvent être testées en séquentiel ou en parallèle.

Quels sont les essais les plus avancés ?

Les essais sur les anticorps anti-interleukine-6 tocilizumab et sarilumab sont les plus avancés en termes d'inclusion des patients, mais nous ne disposons pas encore de données robustes.

Propos recueillis par Charlène Catalifaud

Source : lequotidiendumedecin.fr