Dossier

Soins non programmés : la médecine de ville sous pression Abonné

Publié le 15/02/2018
Soins non programmés : la médecine de ville sous pression

evenement
PHANIE

Douleur abdominale, plainte d'un enfant après une chute, urgence ressentie…: la prise en charge des demandes de soins non programmés, recours aux motifs divers mais traduisant le besoin du patient d'accéder à une consultation médicale dans un délai court (24 heures), est devenue un casse-tête pour la profession et une priorité gouvernementale.    La médecine de ville est déjà en première ligne puisque la très grande majorité de ces recours non programmés ont lieu pendant les horaires d'ouverture des cabinets médicaux et représentent une part significative de l'activité…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte