Résistances aux ARV : les mutations sont rares  Abonné

Publié le 09/04/2015

Seules quelques mutations sont responsables de la plupart des résistances aux antirétroviraux à travers le globe, selon une vaste étude épidémiologique publiée dans « PLOS Medicine ». Elles seraient au nombre de 4 et 16 pour respectivement les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse et les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse. Pour ce bilan épidémiologique mondial, l’équipe dirigée par Soo-Yon Rhee, de l’université de Stanford, s’est servi des données de plus de 50 000 patients de 111 pays, à partir de 287 études publiées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte