Teva met la main sur les génériques d’Allergan et renonce à Mylan

- Mis à jour le 12/07/2019

Le groupe pharmaceutique israélien Teva va consolider sa place de leader mondial dans les génériques avec le rachat annoncé ce lundi de l’activité de génériques d’Allergan pour 40,5 milliards de dollars. Le groupe israélien a aussi annoncé qu’il retirait son offre de rachat sur son rival Mylan, qui se refusait à lui depuis le mois d’avril.

L’opération, approuvée par les conseils d’administration des deux groupes, pourrait être bouclée au premier trimestre 2016. Allergan est une entreprise initialement américaine mais basée en Irlande pour des raisons fiscales, qui commercialise notamment le produit antirides Botox. Elle avait été rachetée par l’américain Actavis en novembre dernier.

Complémentarité

« Cette acquisition stratégique allie deux activités leaders dans le domaine des génériques, avec des forces, des marques et des cultures complémentaires », indique Teva dans son communiqué. « Cette transaction marque un pas de plus dans notre plan pour renforcer notre position, déjà forte », a commenté dans le communiqué le PDG du groupe, Erez Vigodman.

Teva est confronté à plusieurs défis, aussi bien dans les génériques que dans la médecine de spécialité. Son médicament phare, le Copaxone prescrit contre la sclérose en plaques, devrait voir arriver prochainement sur le marché des versions génériques. Or le Copaxone représente un cinquième des 20 milliards de dollars des revenus de Teva en 2014 et la moitié de ses 3 milliards de bénéfices.

En octobre 2013, le groupe annonçait la suppression de 10 % de ses effectifs dans le cadre d’une vaste opération de restructuration visant à le recentrer sur les génériques et la recherche.