Les lourds reproches de l’IGAS  Abonné

Publié le 10/02/2011

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) dresse un tableau peu flatteur de l’AFSSAPS dans son enquête sur le Mediator. « Bridée par la crainte des contentieux avec les firmes », l’Agence est décrite comme « une structure lourde, lente, peu réactive, figée, malgré la bonne volonté et le travail acharné de la plupart de ses agents, dans une sorte de bureaucratie sanitaire ». L’Agence prend 80 000 décisions par an, ce qui conduit à « un enlisement de trop de dossiers », déplore l’IGAS, qui appelle à une complète remise à plat de la chaîne du médicament.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte