Biobanque de sang de cordon

Le CCNE évite la guerre entre le public et le privé  Abonné

Publié le 24/04/2012

DIX ANS après la publication de son précédent avis sur le sang de cordon et sa conservation, le CCNE, présidé par le Pr Alain Grimfeld, a voulu « remettre en cours la réflexion éthique » à partir de « l’état de l’art » en 2012. Premier constat : le CCNE estime aujourd’hui que son avis n° 74 de 2002 n’appelle pas de changement en ce qui concerne la question du développement des biobanques privées destinées à un usage autologue de substitution de moelle osseuse hématopoïétique par des unités de sang du cordon ombilical (UCB).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte