Pour augmenter le nombre de donneuses d’ovocytes, la tentation de la rémunération  Abonné

Publié le 30/03/2015

Lorsqu’il reçut en janvier 2015 le prix Salat Baroux à l’Académie nationale de médecine, le Pr Antonio Pellicer, gynécologue obstétricien espagnol, fondateur de l’Institut d’infertilité de Valence (IVI), se livra à un plaidoyer en faveur du don d’ovocyte anonyme et rémunéré. En Espagne, une femme peut donner ses ovocytes deux fois par an maximum, six fois dans une vie, pour un dédommagement à hauteur de 900, 1 000 euros. L’appel fit des émules.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte