Aux États-Unis, les dossiers médicaux électroniques (DME) font débat

Par
Isabelle Trocheris -
Publié le 07/09/2016

« Dans sa forme actuelle, qui est celle de servir de documentation, le DME contribue à un surcroît de travail cognitif, à des relations tendues entre le patient et le médecin et au surmenage », déclarent dans un point de vue à paraître dans « The Lancet » (1) les Dr Stephen Martin de l’université de médecine de Harvard et le Dr Christine Sinsky de l’American Medical Association (AMA), à Chicago.

Une complexité stupéfiante

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)