Abus de « non substituable » : l’assurance-maladie envisage des sanctions  Abonné

Publié le 05/12/2011

Selon la CNAM, environ 4 % des médecins apposeraient systématiquement la mention « NS » ou non substituable sur les ordonnances, avec à la clé un surcoût pour les caisses qui doivent rembourser un médicament plus cher que sa copie générique. Le directeur de la CNAM a annoncé qu’il « examinait les sanctions possibles » jugeant le procédé « non conforme au code de déontologie ». Les médecins coupables d’un abus de prescription en NS pourraient être déférés devant la section disciplinaire de l’Ordre dont ils relèvent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte