IVG : la Belgique revoit à la marge sa législation, déception des plannings et des féministes
Brève

IVG : la Belgique revoit à la marge sa législation, déception des plannings et des féministes

Coline Garré
| 05.10.2018

Les députés belges ont adopté ce 4 octobre une nouvelle loi sur l'avortement qui crée un délit d'entrave, sanctionnant des anti-IVG qui bloqueraient l'accès à un centre, entérine l'obligation pour un médecin opposé à l'IVG d'orienter une femme vers un confrère pouvant satisfaire sa demande d'IVG, supprime la condition de détresse, et sort l'acte du Code pénal – sans pour autant le dépénaliser.

Proposée par le Mouvement Réformateur, le parti du Premier ministre Charles Michel, cette loi, la première depuis la dépénalisation partielle de l'IVG en 1990, a été adoptée à 84 voix pour, 39 contre, et cinq abstentions, après des mois de débats au sein de la classe politique et société civile. 

« C'est la politique des petits pas. Avec une majorité conservatrice c'était impossible d'aller au-delà », a expliqué David Clarinval, le député libéral francophone initiateur du texte, qui a dû trouver un compromis pour satisfaire les conservateurs flamands associés à la majorité.

À l'inverse, le mouvement laïc, les associations de défense des femmes, et les plannings familiaux, manifestent leur déception. Ils espéraient une extension du délai légal à 18 voire 20 semaines contre 12 semaines de grossesse actuellement (comme en France), et une « réelle légalisation de l'IVG », plutôt qu'un texte réaffirmant comme en 1990, le risque d'une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison pour les femmes et les médecins en cas d'écart. 

En Belgique, quelque 20 000 avortements sont pratiqués annuellement, selon les derniers chiffres disponibles.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter