L'OMS confirme un retour de la polio en Papouasie-Nouvelle-Guinée après 18 ans
Brève

L'OMS confirme un retour de la polio en Papouasie-Nouvelle-Guinée après 18 ans

Dr Lydia Archimède
| 26.06.2018

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme deux autres cas de poliomyélite dus à la même souche détectée en avril dernier chez un garçon de 6 ans atteint de paralysie flasque. Ce premier cas, confirmé en mai, était lié à une souche vaccinale de poliovirus type 1 (VDPV1).

Les CDC, centres américains de contrôle et de prévention des maladies, ont confirmé avoir isolé la même souche dans les selles de deux enfants sains de la même localité, la province de Morobe, sur la côte septentrionale. « Cela veut dire que le virus circule dans la communauté, ce qui est le signe d'une épidémie », indique l'OMS.

« Nous sommes profondément préoccupés par ce cas de polio en Papouasie-Nouvelle-Guinée et par le fait que le virus circule, a déclaré dans un communiqué lundi le ministre de la Santé Pascoe Kase. Notre priorité immédiate est de réagir et d'empêcher que d'autres enfants soient infectés. »

Le dernier cas de polio remonte à 1996. La Papouasie avait été déclarée exempte de polio en 2000 tout comme le reste de la région du Pacifique Ouest. Les autorités sanitaires locales collaborent avec l'OMS afin d'organiser la riposte reposant essentiellement sur la vaccination à grande échelle et le renforcement du système de surveillance. Selon l'OMS, 845 enfants de moins de 15 ans ont déjà été vaccinés.

La couverture vaccinale dans cette province de Morobe est particulièrement faible. Seulement 61 % des enfants reçoivent les trois doses recommandées.

Le risque de propagation du virus vers d'autres pays est considéré comme faible compte tenu des voyages peu nombreux, à partir ou vers cette région du monde, et du fait de la mise en place des campagnes de vaccination. L'organisation conseille aux possibles voyageurs d'assurer qu'ils sont vaccinés complètement contre le poliovirus. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 22

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter