Campagne de prévention contre le sida : la justice donne tort au maire d'Aulnay
Brève

Campagne de prévention contre le sida : la justice donne tort au maire d'Aulnay

Coline Garré
| 10.11.2017

La justice administrative a désavoué le maire LR d'Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, qui avait interdit par arrêté en novembre 2016 la diffusion d'une campagne de prévention du ministère de la Santé et de Santé publique France contre le sida. Construite sur la base du rapport d'expertise du Pr Morlat, en partenariat avec des scientifiques et associatifs, cette campagne visait à promouvoir l'ensemble des outils de prévention (préservatifs, Prep, TPE, TASP, dépistages), et le site sexosafe.fr dédié aux hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes (HSH). Son slogan : « Aimer, s'éclater, s'oublier. Les situations varient. Les modes de protection aussi. »

Bruno Beschizza argumentait que ces affiches étaient « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité »  et portaient « atteinte à la dignité au risque de heurter la sensibilité de l'enfance et de la jeunesse ». Les associations avaient unanimement dénoncé une attitude « homophobe et hypocrite », selon les mots d’Aides. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait saisi la justice, déplorant la « censure » exercée par certains maires (à Angers, Christophe Béchu, LR, avait également demandé le retrait des affiches) contre cette campagne, « pour la santé publique et contre l'homophobie »

Le tribunal administratif de Montreuil, saisi par le préfet de Seine-Saint-Denis ainsi que la Ligue des droits de l'homme, a annulé ce 10 novembre l'arrêté municipal décrié, qui avait été finalement abrogé par le maire lui-même.

La justice a estimé « qu'il n'était pas démontré que la campagne d'affichage, qui obéissait à un objectif de protection de la santé publique, était de nature à provoquer dans la commune des troubles à l'ordre public ». Elle a aussi considéré que « le caractère immoral de ces affiches et le danger qu'elles étaient susceptibles de présenter pour les mineurs, à les supposer établis, ne pouvaient justifier légalement l'interdiction totale de tout affichage sur le territoire de la commune ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
OLIVIER B Médecin ou Interne 11.11.2017 à 10h19

Cette décision du Tribunal Administratif de Montreuil me laisse sans voix.
Il est de bon sens que l'affichage public est pour l'ordre public et non pas pour une catégorie marginale qui plus est, Lire la suite

Répondre
 
Michel d Médecin ou Interne 10.11.2017 à 20h03

Il est aberrant de promouvoir tous azimuts des campagnes de dépistage ciblés sur les seuls homosexuels masculins.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn : « Si j'ai besoin d'un secrétaire d'État, j'en ferai part au Président »

buzyn

« Non ». C'est ce qu'a répondu sans fard la ministre de la Santé à la journaliste de LCI, qui lui demandait ce vendredi matin si elle avait... Commenter

Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

Abonné
Gasser

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres... 1

Des avatars virtuels aident les schizophrènes à lutter contre leurs voix

schizophrènes

Comment aider les 25 % de patients schizophrènes qui continuent d'entendre des voix menaçantes malgré leur traitement pharmacologique ?... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter