Refus de soins : le décret instaurant la commission au sein de l'Ordre au «J.O.»
Brève

Refus de soins : le décret instaurant la commission au sein de l'Ordre au «J.O.»

Coline Garré
| 25.07.2016

Le décret instituant la commission chargée d'évaluer les pratiques de refus de soins opposés par les médecins est paru au « Journal officiel » du 23 juillet, pour une entrée en vigueur dès le 24 juillet. Une commission similaire existera également auprès du Conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes et de l'ordre des sages-femmes.

Ces commissions, créées dans la loi du 26 janvier 2016, « évaluent le nombre et la nature des pratiques de refus de soins par les moyens qu'elles jugent appropriés », lit-on dans le J.O., qui cite, comme exemple de moyens, des études, des tests de situations (ou testing) et des enquêtes auprès des patients.

Les commissions doivent analyser les pratiques, leur nature, causes et évolution, fournir des données statistiques, et émettre des recommandations. Elles ne statuent pas sur des cas individuels - qui relèvent davantage du Défenseur des droits.

Ces commissions doivent remettre un rapport annuel au ministre de la Santé, au plus tard au 30 juin - et exceptionnellement au 30 septembre, pour 2017.

Elles sont constituées - chacune - de 14 membres, qui sont, pour les médecins : le président du CNOM, six médecins, cinq représentants des associations d'usagers, le directeur du fonds CMU (complémentaire de la couverture universelle), et le directeur général de la Caisse nationale de l'assurance-maladie. Ces commissions se réunissent deux fois par an.

Lors de l'examen de la Loi Santé, l'instance hôte de telles commissions avait suscité des débats ; les associations et les sénateurs souhaitaient les confier aux mains du Défenseur des droits

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
RENE C Médecin ou Interne 26.07.2016 à 12h33

Encore une commission qui ne servira à rien, si ce n'est mettre en évidence la dislocation de la médecine française. Encore bravo les technocrasses (comme disait Coluche).

Répondre
 
ALAIN D Médecin ou Interne 25.07.2016 à 20h49

Le refus de soin sera effectif par surcroit de patients et non par discrimination. Ceci grâce à la pénurie organisée par Marisol (-24% de MG en 8 ans dans les Yvelines par ex. ). La commission n'aura Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter