Zika : la Polynésie débarrassée du virus
Brève

Zika : la Polynésie débarrassée du virus

Betty Mamane
| 04.02.2016

Le virus Zika ne circule plus en Polynésie française. L'annonce en a été faite, mercredi 2 février, par le ministère de la Santé de la collectivité d'outre-mer, frappée par l'épidémie en 2013-2014, soit deux ans avant sa propagation à l'échelle mondiale. Selon ses termes : « Il n'y a pas de risque connu de contamination par le virus Zika pour les voyageurs qui souhaitent se rendre en Polynésie française. » La grande majorité de la population se trouverait ainsi immunisée depuis, « rendant très peu probable la reprise d'une nouvelle épidémie pour le moment » a-t-il ajouté. Zika a touché au moins 60 % des 280 000 Polynésiens selon les premières estimations d'une étude toujours en cours.

42 malades ont été frappés par le syndrome de Guillain-Barré peu après avoir contracté le virus. Il s'agit d'une maladie inflammatoire du système nerveux périphérique provoquant une faiblesse, voire une paralysie des membres, souvent réversible, mais qui peut durer plusieurs mois.

Le virus Zika a aussi causé 18 cas de malformations fœtales, dont « 10 à 12 peuvent être assimilés à des microcéphalies », selon le Dr Didier Musso, directeur de l’unité des maladies infectieuses émergentes de l'Institut Louis-Malardé de Papeete (Tahiti, Polynésie française).

L'épidémie polynésienne se révèle, de fait, une mine d'informations pour l'OMS et les pays touchés aujourd'hui. « Nos travaux ont démontré que le virus pouvait être transmis de la mère à l'enfant, on avait décrit la transmission possible par voie sexuelle et par voie transfusionnelle, et les premières formes graves, en particulier les Guillain-Barré », remarque le Dr Musso. « Les laboratoires étrangers s'intéressent donc à ces travaux qui à l'époque étaient passés relativement inaperçus. »

Avant la Polynésie française, seule l'île de Yap, en Micronésie, avait connu une épidémie de Zika en 2007, mais sans cas graves déclarés. 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Des blouses blanches entre doléances et revendications

Ils sont plus de 200 praticiens à avoir alimenté la consultation lancée fin janvier par « Le Quotidien ». Il ressort de celle-ci un profond sentiment d’inquiétude et souvent une incompréhension face aux réformes de ces dernières années. Avec une ligne de force : la profession veut avoir davantage voix au chapitre. Et les médecins sont prêts à prendre l’initiative. La preuve ? Ils font des... 1

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 6

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

internes

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année),... 13

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter