Radioprotection : « défaut majeur » à l’hôpital de la Timone, pointe l’Autorité de sûreté nucléaire
Brève

Radioprotection : « défaut majeur » à l’hôpital de la Timone, pointe l’Autorité de sûreté nucléaire

Coline Garré
| 09.12.2015

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) relève un « défaut majeur dans la culture de radioprotection » au sein des blocs opératoires de l’hôpital marseillais de la Timone, épinglant une formation à la protection des patients insuffisante et des équipements délaissés.

« Aucun membre du personnel médical utilisant les rayons X n’a validé la formation à la radioprotection des patients », relèvent les inspecteurs de l’ASN dans leur rapport, rédigé après une inspection en octobre.

L’information systématique des patients au sujet des rayons qu’ils ont pu recevoir fait défaut, « la dose ou les éléments utiles à l’estimation de la dose reçue (n’étant) pas toujours reportés dans les comptes rendus d’actes ». Les dosimètres et lunettes de protection que doivent porter les salariés exposés sont rarement sortis.

« Environ 90 % du personnel des blocs n’a jamais activé de dosimètre opérationnel au cours des douze derniers mois », précise l’ASN. Des manquements ont également été observés au niveau des indicateurs placés dans les salles de bloc opératoire pour indiquer qu’un appareil émettant des rayons a été allumé.

L’ASN demande à l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) de corriger le tir et prévient qu’une nouvelle inspection aura lieu à moyen terme.

La direction de l’AP-HM a « pris acte » de ces constats et annonce la mise en place d’une campagne de formation et de sensibilisation des personnels médicaux (70 médecins sont concernés) ainsi qu’une mise à niveau de toutes les salles de la Timone 2 pour répondre aux normes d’ici au 1er janvier 2017.

« Il n’y a pas de défaut de protection vis-à-vis des patients. On ne se met pas en danger quand on va se faire soigner à la Timone », a assuré Walid Ben Brahim, directeur de cabinet de la directrice de l’AP-HM.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
dpc

Le DPC... de gré ou de force ! Après des pré-inscriptions massives par des robots, l'Agence riposte et rassure

De mémoire de syndicaliste, le Dr Bernard Ortolan, cadre de la CSMF et directeur scientifique d’Evolutis DPC, n’avait jamais vu cela. En quelques heures, samedi dernier, de nombreux confrères l’ont alerté de leur pré-inscription... 11

Une avancée pour préserver la fertilité des garçons prépubères traités par chimiothérapie

chimiotherapie

Comment préserver la fertilité des garçons prépubères avant chimio- et/ou radiothérapie ? Si la congélation de sperme peut être proposée... Commenter

Feu vert au « pharmacien prescripteur », les médecins sur les nerfs

mesnier pharmaciens

Le Dr Thomas Mesnier a donc persisté et signé ! Lors de l'examen de la loi de santé, l'Assemblée nationale a autorisé les pharmaciens à... 83

Les médecins franciliens se convertissent à la prise de rendez-vous en ligne mais se méfient de la concentration du secteur

rdv en ligne

Les plateformes de rendez-vous en ligne ont la cote chez les patients autant que chez les praticiens d'Ile-de-France. Près de deux tiers... 1

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)

Vaccination obligatoire, quel bilan un an après ? Posez vos questions au Dr Daniel Lévy-Bruhl (Santé publique France)-0

L’extension de l’obligation vaccinale (de 3 à 11 vaccins) est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Plus d’un an après, les premiers...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter