Myofasciite à macrophages après vaccination : le tribunal administratif reconnaît une origine professionnelle
Brève

Myofasciite à macrophages après vaccination : le tribunal administratif reconnaît une origine professionnelle

25.03.2013

Le juge des référés du tribunal administratif de Pau a accordé à une soignante la suspension d’une décision refusant de considérer comme une maladie d’origine professionnelle les conséquences d’une vaccination dans le cadre de son emploi.

Cette aide-soignante, Martine Sempietro, 47 ans, en congé maladie depuis 2006 pour un accident du travail lié à une chute, ne recevait plus, depuis le début du mois de mars, qu’un demi-salaire, son employeur estimant qu’elle était victime d’une maladie ordinaire.

Le tribunal a fait droit à sa demande en ordonnant à son employeur, le centre hospitalier d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), de suspendre la décision ayant eu pour conséquence le versement de ce demi-traitement, dans une ordonnance rendue jeudi. L’aide-soignante était en congé maladie depuis 2006 à la suite d’une chute survenue au cours de ses activités de pompier bénévole, chute qu’elle attribue, selon son avocat, Me Denise Pombieilh, à « sa maladie, la myofasciite à macrophages ».

Le tribunal s’est fondé notamment sur une expertise réalisée en juillet 2011. « Avec cette décision, elle touchera l’intégralité de son salaire ainsi que la prise en charge des frais liés au traitement de sa maladie jusqu’à ce que l’affaire soit examinée sur le fond », s’est félicité l’avocate. Le juge a également condamné l’hôpital à verser 1 000 euros à Mme Sempietro pour ses frais de justice.

L’aide-soignante a obtenu trois expertises médicales rattachant sa maladie aux administrations successives de vaccins adjuvantés sur hydroxydes d’aluminium. Une quatrième a en revanche conclu à l’absence de cause « certaine, directe et exclusive ».

Mme Sempietro avait été soumise à des vaccinations répétées à compter de 1983, notamment contre l’hépatite B. À la fin de l’année 2012, l’aide-soignante avait observé une grève de la faim de 24 jours avec des membres de l’association E3M (malades de la myofasciite à macrophages et leurs proches) pour réclamer une recherche renforcée sur l’aluminium dans les vaccins. Après l’annonce par l’agence du médicament (ANSM) du lancement d’une étude sur les sels d’aluminiums dans les vaccins, l’association avait arrêté leur grève.

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter