Des décès dans « Bacloville », une ATU en préparation pour le baclofène
Brève

Des décès dans « Bacloville », une ATU en préparation pour le baclofène

08.03.2013

« Nous sommes en train d’instruire un dossier de recommandation temporaire d’utilisation (pour le baclofène). Ce dispositif, créé par la loi de décembre 2011, permet, en l’absence d’alternative, un usage temporaire hors AMM », a annoncé le Pr Dominique Maraninchi, directeur de l’ANSM dans un entretien accordé ce vendredi au magazine « Le Point » après l’annonce de décès survenus dans le cadre de l’essai « Bacloville » sur le baclofène.

Le 7 mars, l’agence du médicament a en effet confirmé que « plusieurs signalements de décès » lui étaient parvenus « dont il n’est établi qu’ils soient imputables au baclofène ».

Ce n’est malheureusement « pas exceptionnel. Des décès peuvent survenir sans que l’essai soit remis en question », affirmait-on à l’ANSM.

« Bacloville », lancée en mai 2012, est une étude en double aveugle réalisée en ville auprès de 320 patients. Plus de 280 patients ont déjà été inclus et la phase d’inclusion se poursuit.

« Ce sont des patients souvent en échec thérapeutique, fragiles physiquement et psychologiquement », explique au « Quotidien » le Pr Jaury, investigateur principal de l’essai. Les patients inclus ont « tous une consommation à haut risque » même si tous ne sont dépendants. Qu’il y ait des décès, explique-t-il, « c’était prévisible. Dans l’étude préliminaire dont les résultats ont été publiés dans la revue « Alcohol and Acoholism », nous avions eu 4 décès », souligne-t-il.

Selon lui, « il faut relativiser et dédramatiser. Ce n’est pas une étude hospitalière, c’est une étude pragmatique dans la vraie vie avec des patients qui ne vont pas bien », dont certains toxicomanes sous produits de substitution.

Et de conclure : « L’étude se passe bien, il n’est pas question de l’arrêter. » Il s’étonne toutefois que l’ANSM ait communiqué sur des décès survenus au cours d’un essai clinique. « Ce n’est pas la règle, sauf si l’étude est arrêtée », souligne-t-il.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
09.03.2013 à 09h00

« Encore un exemple frappant du mal d'aujourd'hui : la communication dans la précipitation ; pourquoi l'ASNM intervient si vite, si ce n'est pour déployer, comme d'habitude, le parapluie? »

Répondre
 
08.03.2013 à 21h14

« Il prend cela avec beaucoup de philosophie (et de distance ?) mais les patients si malades dans la "vraie vie (?)" et leurs familles partagent- ils ce point de vue ? »

Répondre
 
08.03.2013 à 21h13

« Normal tout ça car il y a un concurrent qui a déjà, sauf erreur, l'AMM européenne... »
Médecin Psychiatre

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 2

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter