Addictions liées à un médicament anti-parkison : confirmation de la condamnation de GSK
Brève

Addictions liées à un médicament anti-parkison : confirmation de la condamnation de GSK

28.11.2012

La cour d’appel de Rennes a confirmé ce mercredi la condamnation du laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) à indemniser Didier Jambart, 52 ans, victime d’une addiction au jeu et au sexe, suite à la prise du médicament Repinirole (Requip), un agoniste dopaminergique qui lui avait été prescrit en 2003 pour une maladie de Parkinson.

Le laboratoire devra verser au total plus de 197 000 euros au plaignant, soit 80 000 euros de plus que le montant initialement fixé par le tribunal de grande instance de Nantes, fin mars 2011 (117 000 euros). M. Jambart réclamait 450 000 euros au laboratoire et à son ancien neurologue. Les demandes du plaignant contre son médecin ont été rejetées.

En première instance, la justice a considéré que les effets secondaires du Requip, non inscrits sur la notice entre 2003 et 2005, donnaient au médicament « le caractère d’un produit défectueux ». Le défenseur de GSK a toujours estimé que « sur la base des données scientifiques de l’époque, il n’existait aucun indice d’effets indésirés du ropinirole ». Les effets indésirables sont inscrits sur la notice depuis 2006.

« C’est un grand jour. C’est sept ans de bataille pour faire reconnaître avec nos faibles moyens que GSK nous a mentis, a brisé notre vie à des fins commerciales. Je suis heureux que justice soit faite, je suis heureux pour ma femme et mes enfants » a commenté M. Jambart.

À l’époque, le traitement avait provoqué un besoin compulsif de jouer. Didier Jambart avait dilapidé 82 000 euros au total, épuisant les économies familiales, volant ses collègues et ses proches, selon ses avocats.

Puis il avait développé une hypersexualité, le conduisant à s’exhiber sur internet, et à se faire violer, selon lui. Il aurait commis 8 tentatives de suicide. Les troubles avaient cessé après l’arrêt du traitement en 2005.

 C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
28.11.2012 à 20h54

« Ben, voilà aut'chose : tu prends un médoc, et après, tout est la faute du labo : c'est trop facile ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter