Prothèses PIP : un premier procès en Allemagne évoque des « erreurs du chirurgien »
Brève

Prothèses PIP : un premier procès en Allemagne évoque des « erreurs du chirurgien »

14.11.2012

Le premier procès en Allemagne pour des implants mammaires défectueux de la société française Poly Implant Prothèse (PIP) s’est ouvert hier à Karlsruhe (sud-ouest). La plaignante, une Allemande de 40 ans, qui avait décidé de se faire poser des prothèses après ses trois grossesses, était allée voir en 2007 un chirurgien réputé de la ville. L’opération lui a coûté 5 800 euros. Lorsque le scandale des prothèses PIP éclate en 2010, elle décide de porter plainte contre son chirurgien, contre l’assurance du groupe PIP, aujourd’hui en liquidation judiciaire, mais aussi contre l’organisme de certification TÜV Rheinland qui avait autorisé ces implants, contre les fournisseurs du gel à l’intérieur des prothèses et contre l’État allemand, pour manquement à sa mission de protection de la santé publique.

Elle réclame jusqu’à 30 000 euros de dommages-intérêts et la prise en charge des frais médicaux du remplacement des prothèses (6 000 euros) et d’éventuelles séquelles médicales.

Le juge Eberhard Lang qui a présidé l’audience, a émis des réserves sur les fondements juridiques d’une partie des poursuites. Selon lui, les autorités allemandes visées par la plaignante ne sauraient en effet être mises en cause puisque les problèmes liés aux implants PIP n’étaient pas connus au moment de l’opération. Par ailleurs, l’assurance du groupe PIP ne peut être attaquée car sa responsabilité contractuelle ne concerne que le territoire français. Enfin, les fournisseurs du gel visés par la plaignante ne sont pas les bons.

Le magistrat a, en revanche, consacré le reste de l’audience aux potentielles erreurs du chirurgien qui a réalisé l’opération. Selon la plaignante, ce dernier lui aurait déclaré que les prothèses dureraient « toute la vie ». Le médecin a affirmé n’avoir commis aucune erreur et a insisté sur le fait qu’il avait fait signer à sa patiente un document dans lequel elle reconnaissait avoir été informée des risques de l’opération. Un jugement est attendu dans cette affaire le 30 novembre. L’avocat de la plaignante déclare avoir comme 250 autres porteuses de prothèses défectueuses.

En Espagne, une femme a déjà remporté un procès en février. Un tribunal de Madrid a condamné son chirurgien à lui payer un peu moins de 7 500 euros pour ne pas l’avoir suffisamment avertie des risques encourus. Le premier grand procès en France dans ce dossier devrait avoir lieu en avril 2013 à Marseille.

 Dr L. A. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Vaccination : des membres des Académies des sciences et de médecine demandent un rappel à l'ordre du Pr Montagnier

academie sciences

Après la tribune signée par 27 membres de l'Académie nationale de médecine, et le soutien apporté par l'Académie nationale de pharmacie,... 58

Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

plfss senat

Une première ! Pas moins de 120 sénateurs centristes, communistes et LR ont déposé six amendements visant à contraindre l'installation des... 4

SOS Hépatite propose son plan de dépistage de l'hépatite C

hep c

Le président de la fédération SOS Hépatites a présenté les recommandations de dépistage organisé de l'hépatite C proposées par... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter