Pacte de confiance : satisfaite de la reprise du dialogue, la CGT attend des gages financiers
Brève

Pacte de confiance : satisfaite de la reprise du dialogue, la CGT attend des gages financiers

31.10.2012

Du mieux, un peu. C’est ce qui ressort pour la Fédération CGT Santé et Action sociale des dernières réunions de la mission Couty, mise en place par Marisol Touraine dans le cadre de son « pacte de confiance » à l’hôpital.

Enclenchée en septembre, cette vaste concertation réunit administratifs, médecins et représentants du personnel qui planchent sur trois thématiques relatives à l’hôpital : le service public, le dialogue social ainsi que la gouvernance et le fonctionnement des établissements. Le retour de leur copie est attendu à la fin du mois de décembre.

La CGT Santé a dit apprécier l’ouverture d’un champ de discussion sur l’avenir de l’hôpital. « Sur la tarification à l’activité, les moyens financiers et la fermeture de lits, il faut reconnaître une forte convergence entre nos revendications et la politique du gouvernement », admet Nathalie Gamiochipi, infirmière hospitalière dans l’Ariège et secrétaire générale de la Fédération.

Supprimer le couple infernal directeur-président de CME

Mais les sujets d’inquiétude perdurent, notamment sur la loi « Hôpital, patients, santé et territoires », que le syndicat souhaite abroger. « La concentration du pouvoir hospitalier entre les mains du couple infernal directeur-président de CME est l’une des plus grandes tares de cette loi », s’agace le Dr Christophe Prudhomme, urgentiste en Seine-Saint-Denis et responsable du collectif national des médecins de la CGT.

Pour « retrouver la confiance », la CGT milite donc en faveur d’un « moratoire sur toutes les restructurations » et attend des « signes de changement sur l’emploi, les conditions de travail, les salaires et l’offre de soins publics ». Pour ce faire, le syndicat souhaite des gages financiers supérieurs à ceux du budget de la Sécurité sociale voté hier en première lecture par l’Assemblée nationale. « Comment répondre aux attentes des salariés avec un ONDAM [objectif hospitalier national des dépenses d’assurance-maladie] à 2,6 % alors que la simple reconduction de l’activité nécessiterait 3,2 % d’augmentation ? », déplore Nathalie Gamiochipi.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 30

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter