En Allemagne, les médecins dénoncent les dégâts de la privatisation des hôpitaux
Brève

En Allemagne, les médecins dénoncent les dégâts de la privatisation des hôpitaux

30.08.2012

Outre-Rhin, manifestations, témoignages et pétitions des professionnels de santé se succèdent pour dénoncer les méfaits des transformations à marche forcée que connaît le système hospitalier depuis une quinzaine d’années. L’Allemagne a vu entre 1995 et 2010 la proportion de ses cliniques doubler (33 % du parc hospitalier) et le nombre de ses établissements publics diminuer de 11 %. Le passage en 2004 à un système de tarification à l’activité a également changé la donne, conduisant nombre d’hôpitaux à privatiser leur activité ou à mettre la clé sous la porte.

Désormais, « les hôpitaux allemands sont tous soumis à une gestion économique, indique à l’AFP le Dr Bernd Hontschik, chirurgien à Francfort. Mais alors pourquoi les cliniques privées réalisent-elles des bénéfices et les autres fonctionnent à perte ? » Selon le médecin, c’est parce que les opérateurs privés « évaluent davantage le ratio coûts/revenus de chaque patient à son arrivée. Si la tarification promet un bénéfice, alors on fait des opérations, parfois superflues. Et si le patient coûte trop cher, on l’envoie l’ailleurs », s’agace-t-il.

À Marbourg, petite ville au nord de Francfort où siège le seul CHU à ce jour privatisé en Allemagne, le Dr Ulrike Kretschmann fait le même constat. « Rhön Klinikum [le groupe de cliniques privées à l’origine du rachat, N.D.L.R.] veut du travail à la chaîne, dénonce le médecin généraliste. Mais cela ne fonctionne pas dans un hôpital universitaire, parce que les cas sont compliqués […], il ne s’agit pas de vaches à lait ! »

Dans la presse locale, les témoignages anonymes du personnel angoissé du CHU de Marbourg-Giessen (troisième CHU d’Allemagne) se multiplient : « les patients sont mal soignés parce que nous n’avons plus assez d’effectifs infirmiers » et « les collègues craquent en plein service », indiquait en juillet dernier une infirmière anonyme.

Rhön Klinikum a investi près de 400 millions d’euros pour agrandir et moderniser le CHU depuis le rachat en 2006. Est-ce suffisant ? Selon la presse locale, le mastodonte du secteur privé Fresenius pourrait lancer prochainement une nouvelle offre sur son concurrent Rhön Klinikum, après une première tentative ratée fin juin.

A. B.-I (avec l’AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« Non, les hôpitaux ne manqueront pas d'internes », clament les généralistes enseignants

INTERNES

Les centres hospitaliers (CH) vont-ils manquer d'internes à compter du 1er novembre, avec l'entrée en vigueur de la réforme du 3e cycle des... 2

Hôpitaux, cliniques : les Français distribuent les bons points à chaque secteur

hop clinique

Les Français accordent toujours une grande confiance aux professionnels de santé (84 %), devant la gendarmerie (79 %), l’armée (78 %), la... Commenter

À Bourgoin-Jallieu, médecins et personnels de l'hôpital s'élèvent contre un « management destructeur »

Mercredi, une dizaine de médecins et professionnels de santé se sont donné rendez-vous devant le Centre hospitalier Pierre-Oudot de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter