Éloge de la contraception, qui peut sauver des vies
Brève

Éloge de la contraception, qui peut sauver des vies

10.07.2012

Alors que s’ouvre demain 11 juillet le Sommet de Londres consacré à la planification familiale*, qui œuvre pour l’accès aux moyens contraceptifs pour 120 millions de femmes supplémentaires d’ici 2020, une série d’études parue dans The Lancet estime que plus de 250 000 décès maternels pourraient être évités grâce à la contraception.

En 2008, 342 203 femmes seraient mortes des suites de couche ou d’avortements dangereux, selon le chercheur Saifuddin Ahmed, auteur d’une analyse portant sur 172 pays. À l’inverse, 272 040 auraient eu la vie sauve grâce à la contraception. Et 104 000 femmes supplémentaires pourraient être sauvées avec des moyens contraceptifs adéquats.

Tous les pays ne sont pas égaux face à la contraception. Si ceux en voie de développement enregistrent d’importants progrès, avec une réduction de la mortalité maternelle de 40 % ces 20 dernières années, l’Afrique sub-saharienne reste un parent pauvre, précise John Cleland de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres dans l’étude « contraception and health ». Seulement 22 % des femmes mariées ou actives sexuellement utilisent des méthodes contraceptives, contre 75 % dans les pays développés. « Si toutes les femmes qui le souhaitent avaient accès à la contraception dans les pays en développement, le nombre des décès maternels pourrait encore baisser de 30 % » affirme John Cleland.

En outre, la contraception permet, par ricochet, de sauver des nourrissons en évitant les complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. Chaque année, 3 millions de décès de nouveau-nés pourraient ainsi être prévenus, notamment dans les pays développés. « Dans ces pays, le risque de prématurité et de petit poids à la naissance double quand la conception intervient moins de 6 mois après une naissance tandis que les enfants nés moins de 2 ans après leur aîné ont 60 % de risques supplémentaires de mourir pendant l’enfance que ceux nés plus de 2 ans après », constate John Cleland.

*organisé par la Fondation Bill et Melinda Gates.

 C.G. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Au centre d'hébergement d'urgence d'IvryLa médecine au chevet des femmes et enfants exilés

Abonné
centre 3

Qu'est-ce qu'un accueil inconditionnel et digne ? Où la médecine se fait sans contrôle, où l'accès au droit est humain ? Le pôle santé, et... Commenter

Entaille dans la liberté d'installation : les petits hôpitaux préconisent une « obligation à servir » de 3 à 5 ans

liberte installation

Suppression partielle de la liberté d'installation, maillage renforcé du territoire en centres de santé… La Coordination nationale des... 22

Vaccins obligatoires : l'extension votée en commission malgré deux amendements de suppression

vaccin

Les députés ont voté mercredi, en commission des Affaires sociales, l'extension des obligations vaccinales pour les jeunes enfants à partir... 17

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter