L’accord humanitaire entre la Syrie et l’ONU est insuffisant selon MSF
Brève

L’accord humanitaire entre la Syrie et l’ONU est insuffisant selon MSF

13.06.2012

Après plusieurs mois de bras de fer, la Syrie a accepté le 5 juin dernier que les Nations Unions et des organisations non gouvernementales déjà présentes sur le terrain ou intervenant auprès de réfugiés irakiens apportent une aide humanitaire dans 4 provinces. « Cela constitue une avancée » concède Médecins sans frontières. « Mais c’est insuffisant pour répondre aux urgences médicales du moment », poursuit l’ONG. « Il est primordial de prendre en charge les victimes du conflit : or le dispositif prévu néglige l’importance de garantir la neutralité des espaces de soins ».

MSF souligne qu’après plus de seize mois de violences, approvisionner les hôpitaux en médicaments et matériel médical ne suffit plus. Il faut désormais faire face à l’afflux de blessés, c’est-à-dire augmenter les capacités de prise en charge des patients. « Tous les médecins syriens n’ont pas l’expérience de prendre en charge un afflux massif de blessés, un afflux massif de cas de traumatologie », explique Mego Terzian, responsable des urgences à MSF. En outre, les médecins sont souvent en danger. « Les centres de soins sont visés et le personnel médical est en permanence menacé et ne peut pas travailler correctement. Soit les patients n’ont pas un accès libre aux structures de santé car ils risquent de se faire arrêter, soit les médecins évitent de les soigner parce qu’ils prennent des risques en soignant des personnes blessées par les belligérants », poursuit M.Terzian.

MSF demande à nouveau aux autorités syriennes d’intervenir dans les régions sinistrées et se dit prêt « à mobiliser rapidement les moyens médicaux et chirurgicaux nécessaires pour soigner les blessés ». Selon l’organisation, qui travaille avec les réseaux de médecins locaux (notamment à Homs, Derah, Hama, Damas et Idlib), il y aurait « au moins une centaine de blessés par jour », dont 20 % doivent être opérés au bloc.

 C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
13.06.2012 à 20h16

« L'ONU est complice de crime contre le peuple syrien. (...) Le peuple va décider. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter