Une patiente poursuit des médecins pour avoir diagnostiqué trop tard un cancer du sein
Brève

Une patiente poursuit des médecins pour avoir diagnostiqué trop tard un cancer du sein

31.05.2012

Une femme atteinte d’un cancer du sein détecté, selon elle, trop tard a obtenu la désignation d’un expert judiciaire par le juge des référés du tribunal de Niort, chargé de déterminer s’il y a eu des manquements de la part de médecins l’ayant examinée, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Cette Niortaise de 64 ans, dont l’identité n’a pas été révélée, avait détecté dès 2008 à la palpation un nodule au niveau de son sein droit. Sa gynécologue l’avait orientée vers un centre d’imagerie médicale, qui n’avait rien décelé. Un an plus tard, toujours dans les Deux-Sèvres, la même patiente consulte un centre de dépistage des cancers, Arcande 79, qui une fois de plus ne révèle rien de suspect. Pourtant, en septembre 2010, elle constate que son nodule a grossi. Dirigée à nouveau vers le centre d’imagerie médicale, elle subit début octobre une double micro-biopsie du sein droit et un cancer est alors diagnostiqué. Opérée quelques semaines plus tard, elle devra se résoudre à une mastectomie totale de son sein droit et à de la chimiothérapie. « J’ai rapporté la preuve qu’il y avait manifestement eu un problème de diagnostic et j’ai assigné le centre d’imagerie médicale, les radiologues et l’association Arcande, ainsi que les gynécologues », explique à l’AFP son avocat, Me Eric Dabin. « Il est possible qu’à un moment donné, ils aient commis une erreur et j’ai sollicité la désignation d’un expert pour déterminer la responsabilité de chacun des intervenants », ajoute-t-il. La patiente met en cause les professionnels consultés dans le retard pris dans les soins qui, selon elle, auraient pu limiter le développement de son cancer. Confiée à un médecin bordelais, l’expertise médicale ordonnée doit permettre de déterminer si les différents intervenants disposaient des éléments suffisants pour poser le diagnostic de cancer du sein au moment des actes réalisés. « Ma cliente s’est engagée dans une démarche assez exceptionnelle. La voie est désormais ouverte pour aller vers l’établissement du préjudice », a encore souligné Me Dabin.

 Dr L. A. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter