Xavier Bertrand se félicite de l’organisation du retrait préventif des prothèses PIP
Brève

Xavier Bertrand se félicite de l’organisation du retrait préventif des prothèses PIP

08.03.2012

Le retrait préventif des prothèses mammaires PIP défectueuses, conseillé par les autorités, n’a pas conduit à une « situation de tension dans l’organisation des soins », a indiqué, hier, le ministre de la Santé qui s’exprimait devant la mission d’information sénatoriale « sur les dispositifs médicaux implantables et les interventions à visée esthétique ». « Ce qu’on constate surtout, c’est une gestion adaptée des prises de rendez-vous pour les consultations, qui vont donc conduire à des explantations programmées sans caractère d’urgence », a ajouté Xavier Bertrand. Le prochain comité national de suivi des porteuses PIP aura lieu le 14 mars.

Sur la question plus générale des dispositifs médicaux, le ministre a répété sa volonté d’avoir « d’autres règles », notamment surle dispositif de marquage (CE). Relevant que les dispositifs médicaux sont « extrêmement nombreux et variés », il a estimé qu’il fallait se concentrer sur ceux « qui sont le plus à risque ». Il souhaite la création d’un comité européen des dispositifs médicaux, indépendant, « qui garantirait la collégialité de l’évaluation. Les données cliniques qui seraient à prendre en compte devraient être comparatives, contradictoires et vérifiables. » Parallèlement au niveau européen, Xavier Bertrand juge nécessaire de pouvoir « avoir des contrôles renforcés au niveau national ». La mission sénatoriale conclura ses travaux « avant le 14 juillet », a indiqué sa présidente, Chantal Jouanno.

Par ailleurs, le fondateur de la société varoise de fabrication de prothèses mammaires PIP, Jean-Claude Mas, a passé sa première nuit en prison à Marseille, faute d’avoir réglé, mardi soir, le premier versement de sa caution de 100 000 euros, comme prévu par son contrôle judiciaire. « La détention provisoire pour blessures involontaires pour quelqu’un qui n’a jamais été condamné ne peut dépasser quatre mois », a précisé son avocat, Me Yves Haddad. Selon Me Laurent Gaudon, avocat de porteuses d’implants PIP, ce défaut de paiement prouve que Jean-Claude Mas, qu’il accuse d’avoir organisé « la fuite des capitaux de son entreprise », n’a « pas envie que son patrimoine serve à indemniser les victimes ».

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Y compris dans les formes progressives de la maladieLa SEP, des avancées tous azimuts

Abonné
sep IRM

L'offre thérapeutique s'est largement étoffée dans les formes rémittentes de la sclérose en plaques (SEP). Aujourd'hui, des pistes, autres... Commenter

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 4

Retour d'expérienceÀ Rouen, pari réussi pour la télédermatologie

Abonné

Le CHU a développé avec succès la téléconsultation en gérontologie depuis quatre ans. Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter