Pour le TGI de Bordeaux, l’urgentiste rwandais accusé de génocide est présumé innocent
Brève

Pour le TGI de Bordeaux, l’urgentiste rwandais accusé de génocide est présumé innocent

08.11.2011

Une association a été reconnue coupable de non-respect de la présomption d’innocence, ce mardi, par le tribunal de grande instance de Bordeaux, après que ses membres ont publiquement accusé un médecin rwandais d’avoir participé au génocide de 1994 au Rwanda.

La plainte du Dr Sosthène Munyemana faisait suite à une manifestation organisée le 30 janvier 2010 par l’association Cauri devant l’hôpital Saint-Cyr de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), où il est médecin urgentiste depuis 2001. Les manifestants avaient brandi des pancartes indiquant « Pas d’asile pour les génocidaires » et distribué des tracts visant une « personne qui a pu en envoyer (d’autres) par dizaines à la mort ». Des membres de l’association avaient également tenu dans le journal « Sud Ouest » des propos similaires.

Le jugement observe que « les publications au sujet des faits, exceptionnels par leur horreur, qui se sont déroulés au Rwanda, restent soumises au principe de la présomption d’innocence [qualifiée ailleurs dans le jugement "d’exigence fondamentale"] alors même que les exigences de vérité et celles des historiens justifieraient que la justice puisse enfin se prononcer sur l’imputabilité de ces faits ».

Le tribunal, notant que le médecin n’a pas subi de préjudice matériel puisqu’il a gardé son emploi, a limité la réparation à un encart dans « Sud Ouest » rendant compte du jugement et au remboursement au médecin de 1 500 euros de frais de justice, lui refusant les dommages et intérêts qu’il réclamait. Cette décision a néanmoins été considérée comme « satisfaisante » par l’avocat du médecin rwandais, Me Jean-Yves Dupeux, car, selon lui, « c’est la première fois qu’un tribunal réagit de cette manière en réaffirmant le grand principe de la présomption d’innocence ».

L’ancien médecin de Butare (sud du Rwanda) est fiché par Interpol pour génocide et crime de guerre depuis 2006, à la suite d’un mandat d’arrêt international émis par Kigali. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux avait rejeté en octobre 2010 sa demande d’extradition. Sosthène Munyemana est également visé par une information judiciaire ouverte en 1995 à Bordeaux et transférée en 2001 à Paris. Il a dans cette procédure le statut de témoin assisté.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 9

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 18

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter