Des associations veulent interdire le mercure dentaire
Brève

Des associations veulent interdire le mercure dentaire

28.10.2011

Plusieurs associations – Non au mercure dentaire, le Réseau environnement santé (RES), l’Association toxicologie-chimie – ont souhaité alerter le public contre ce qu’elles considèrent constituer « une grave carence sanitaire ». Les amalgames contiennent 50 % de mercure et constituent la principale source d’exposition mercurielle dans les pays développés. En France, « en dépit de nombreuses alertes de scientifiques et d’associations de patients », les dentistes continuent à utiliser ces plombages qui constituent 70 % des obturations de molaires ou prémolaires, soit « plus de 17 tonnes de mercure dans la bouche des Français », a déploré Marie Grosman, de Non au mercure dentaire.

Pour le toxicochimiste, André Picot, le mercure « est un CMR (cancérogène, mutagène et reprotoxique) ». Il souligne qu’en raison de sa toxicité pour les systèmes immunitaire et endocrinien, de même que pour le système nerveux en développement, « il n’existe pas d’exposition sans danger au mercure inorganique » notamment pour les plus fragiles, comme les femmes enceintes et les enfants. André Cicolella, président du RES, dénonce « un nouvel exemple de dysfonctionnement du système de sécurité sanitaire ».

Les associations rappellent la résolution du Conseil de l’Europe de juin 2011 invitant à « la restriction, voire l’interdiction des amalgames comme matériaux d’obturation dentaire » que des pays comme la Norvège, la Suède et le Danemark ont déjà adoptée. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport récent (octobre 2011) a appelé à l’utilisation de matériaux alternatifs.

Les associations invitent les autorités françaises à revoir une position qu’elles jugent « incohérente ». En effet, notent-elles, le Plan national santé-environnement (PNSE) prévoit la réduction de l’exposition au mercure de la population de 30 % d’ici à 2013 alors que la France est le « seul pays qui s’est officiellement opposé à l’arrêt des amalgames dans l’Union européenne ».

Les associations soulignent toutefois qu’il n’est pas question d’enlever dans l’urgence tous les amalgames mais de façon « très progressive » et « précautionneuse ».

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter