Patients et médecins cibles de la répression en Syrie
Brève

Patients et médecins cibles de la répression en Syrie

26.10.2011

« Le gouvernement syrien a transformé les hôpitaux en instruments de répression alors qu’il met tout en œuvre pour écraser l’opposition », affirme Amnesty International dans un nouveau rapport. L’organisation dénonce le « climat de peur » qui règne dans les hôpitaux publics syriens, où les médecins comme les patients constituent des cibles pour un gouvernement qui tente d’écraser le soulèvement populaire qui agite le pays depuis mars dernier.

Dès le mois d’avril, une circulaire du directeur de l’hôpital militaire de Homs demandait à tous les hôpitaux publics et privés d’accepter tous les blessés et de leur délivrer les premiers secours, mais en ordonnant toutefois, explique Amnesty, que ces hôpitaux adressent les blessés à l’hôpital militaire et signale à la direction de l’hôpital tous les cas de blessures liées aux événements en cours. « Dans les premiers temps du soulèvement, j’ai soigné des blessés dans les zones de tirs avant de les adresser dans les hôpitaux d’État. Ils ont tous été arrêtés... et nous savions tous qu’ils allaient être sévèrement torturés. Je ne peux pas les envoyer à la torture », témoigne un médecin.

En Syrie, les médecins et les personnels soignants sont confrontés à ce type de dilemme : obéir et exposer leurs patients ; désobéir et s’exposer eux-mêmes. Le dilemme en cas de besoin d’une transfusion sanguine : faire une demande à la Banque centrale de sang et mettre le patient en danger ou trouver du sang par d’autres moyens et exposer « l’hôpital et nous-mêmes à des poursuites », explique un autre professionnel de santé.

Les médecins font partie des milliers de personnes arrêtées et torturées soit parce qu’ils ont soigné des blessés sans en avoir averti les autorités, soit parce qu’ils sont accusés d’avoir participé eux-mêmes aux manifestations antigouvernementales. Certains sont aussi accusés d’être impliqués aux côtés des fonctionnaires chargés de la sécurité, dans des agressions, des refus de soins à leurs patients ou d’avoir tout simplement perdu leur nécessaire neutralité : « Nous étions en train d’opérer un jeune garçon qui avait une plaie de l’abdomen quand le chirurgien principal déclara : "Bon Dieu, si cela avait été un opposant, j’aurais perforé l’artère principale et je l’aurais laissé mourir" », raconte un chirurgien.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mort inattendue du nourrisson et plagiocéphalie : le couchage sur le dos est impératif, alertent les spécialistes lyonnais

nourrisson

À l'occasion de la Semaine de prévention de la mort inattendue du nourrisson (19 au 23 septembre), les pédiatres, neurochirurgiens et chirur... Commenter

Retrait du marché des implants Essure, les patientes tentent une action de groupe avant la fin du mois

implant Essure

Plus d'un mois après la perte temporaire de son marquage CE, sur décision de l'organisme notifié irlandais NSAI, l'implant de contraception... 1

Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

PILULE

Est-ce la fin d’une polémique longue et stérile sur les pilules de troisième génération ? Sans doute pas. Le parquet de Paris a classé... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter