Prêts aux malades : 71 % pourront bénéficier d’une garantie invalidité
Brève

Prêts aux malades : 71 % pourront bénéficier d’une garantie invalidité

11.10.2011

La deuxième réunion de suivi et de propositions de la Convention AERAS (s’Assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé) s’est tenue le 10 octobre. À cette occasion, la Caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) a remis son étude sur la garantie invalidité spécifique, une des innovations majeures du dispositif rénové, entré en vigueur le 1er septembre.

Dans l’ancienne convention, seul le risque décès était couvert et ne protégeait que les héritiers – en cas d’invalidité ou de perte d’emploi, l’emprunteur se trouvait dans l’incapacité de rembourser et, lorsque son assurance incluait une garantie invalidité, celle-ci excluait l’invalidité résultant de la maladie pour laquelle il y avait risque aggravé. Selon l’étude de la CNAMTS, 71 % des assurés concernés, admis en 2e catégorie d’invalidité sécurité sociale, pourraient désormais bénéficier de cette garantie spécifique.

À la suite de la réunion de suivi, François Baroin, ministre de l’Économie, Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, ont souligné que, parallèlement à cette nouvelle garantie spécifique, un mécanisme d’écrêtement des surprimes révisé et élargi était également actif depuis le 1er septembre. « Il permet, notamment, la prise en charge intégrale par les assureurs et les banquiers, de la surprime dans le cadre des prêts à taux zéro pour les moins de 35 ans à revenus modestes », ont-ils rappelé.

Concernant la Commission des études et des recherches, « la plus porteuse d’avancées », comme le rappelait en septembre dernier le CISS (Collectif interassociatif sur la santé), qui regrettait qu’elle n’existe pas encore six mois après l’annonce de la nouvelle Convention, ses travaux devraient débuter « dans les jours à venir », dixit le gouvernement. William Dab, ancien directeur général de la Santé, devrait en assurer la présidence, tandis que l’Institut national du cancer (INCa) sera en charge du secrétariat général du groupe de travail dédié aux pathologies cancéreuses. Le but de cette commission est de dresser, pathologie par pathologie, un diagnostic partagé sur les probabilités de décès, de rechute et les perspectives de consolidation « pour avancer aussi vite que la science ».

Un nouveau site Internet devrait être en ligne dès le mois de décembre pour faciliter les démarches des utilisateurs.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... Commenter

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter