Les enfants souhaitent que les médecins les écoutent  plus
Brève

Les enfants souhaitent que les médecins les écoutent  plus

28.09.2011

La santé et le bien-être de l’enfant sont à l’ordre du jour de la Conférence des ministres de la santé du Conseil de l’Europe, qui doit se tenir à Lisbonne les 29 et 30 septembre prochains. En préambule de cette réunion, le Conseil de l’Europe a mis en ligne sur son site les conclusions d’une enquête réalisée par le Dr Ursula Kilkelly, de l’University College Cork (Irlande) auprès de 2 257 enfants de 22 pays européens*, dont la France. Les enfants (40,1 % âgés de 13 à 15 ans, 33,1 % de 16 -18 ans, 19,1 % de 10-12 ans et 7,6 % de moins de 10 ans) ont été consultés au moyen d’un questionnaire disponible dans 14 langues et mis en ligne au début du mois de juin.

Le principal enseignement de cette consultation, est selon le Dr Kilkelly, que « les enfants ont le droit d’être entendus et aidés à prendre part aux décisions qui les concernent – les décisions relatives à leurs soins cliniques et médicaux, mais aussi aux questions plus générales portant sur les politiques et le système de santé » et qu’ils le sont rarement.

Parmi les répondants, 62,1 % ont vu un médecin 1 à 3 fois au cours de l’année écoulée. Lorsqu’on leur demande comment s’est déroulé le rendez-vous, 4 enfants sur 5 indiquent avoir eu les informations qu’ils voulaient, les avoir comprises, avoir eu la possibilité de poser des questions et s’être sentis respectés.

Toutefois, lorsqu’on leur demande s’ils savaient ce qui allait se passer, une fois le rendez-vous terminé, seulement deux tiers des enfants (63 %) ont répondu « oui » (17,6 % ont répondu « non » et 17,1 % « je ne sais pas »).

Interrogés sur ce qu’ils aimeraient changer dans le système de soins, ils ont été très nombreux à estimer avoir besoin de plus d’informations sur le traitement qu’ils recevront et 67 % souhaitent que leur médecin les écoute davantage.

Ils sont 86,6 % à penser que « les enfants ont le droit d’être informés sur leurs soins de santé et sur ce qui va leur arriver » et 75 % que « les professionnels de santé devraient demander leur avis aux enfants ». Pour 91 %, « les hôpitaux et les centres de soins devraient toujours être adaptés aux enfants ».

* Allemagne, Arménie, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Espagne, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Irlande, Italie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie, Slovaquie, Slovénie.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Evénement

AMP, GPA, fin de vie... : l'éthique à l'heure d'une science galopante

Abonné
delfraissy

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a officiellement lancé les États généraux de la bioéthique le 18 janvier, soit six mois de... 1

Prévention secondaire de l'AVC : de nouvelles données pour de nouvelles recommandations

Abonné

À l'occasion de ses 22 es journées, la société française neurovasculaire dresse un état des lieux des connaissances et avancées de la reche... Commenter

Même pas besoin de tousser ou d’éternuer, la grippe pourrait se transmettre juste par la respiration

grippe

La transmission de la grippe serait encore plus facile qu’on le croit, selon une étude parue dans les « PNAS », puisque simplement respirer... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter