Une salmonelle résistant à presque tous les antibiotiques
Brève

Une salmonelle résistant à presque tous les antibiotiques

22.08.2011

La bactérie Salmonella Kentucky préoccupe les scientifiques. Détectée à partir de 2002 chez des voyageurs de retour d’Égypte, du Kenya et de Tanzanie, elle commence à s’implanter en Europe, touchant aujourd’hui, dans plus de 10 % des cas, des personnes n’ayant pas voyagé à l’étranger. Et le nombre de cas explose : alors qu’entre 2002 et 2008, 500 cas ont été recensés pour la France, le Royaume-Uni et le Danemark, 270 cas ont été confirmés pour la France seule entre 2009 et 2010.

Mais le plus inquiétant, comme le soulignent dans un communiqué l’Institut Pasteur, l’Institut de veille sanitaire de l’INRA, est que Salmonella Kentucky est devenue résistante à presque tous les antibiotiques. Dans le cadre d’une étude internationale, des chercheurs réunis autour de François-Xavier Weill et Simon Le Hello (Pasteur), qui publient leurs travaux dans le « Journal of Infectious Diseases » (en ligne, 3 août) retracent l’évolution de la bactérie. Au début des années 1990, un fragment d’ADN comprenant des gènes de résistance à six molécules s’est intégré dans le chromosome de Salmonella Kentucky. Au milieu des années 1990 est apparue par mutation la résistance aux quinolones, puis, au début des années 2000, celle aux fluoroquinolones, actuellement l’un des traitements clés des infections sévères à Salmonella. L’Égypte pourrait être le berceau de l’apparition de ces résistances, les premières ayant été probablement acquises par l’intermédiaire des filières aquacoles, qui recouraient massivement aux antibiotiques. Quant à l’explosion récente des cas, elle serait liée à la propagation de la bactérie en Afrique dans la filière volaille, grande consommatrice de fluoroquinolones. Les chercheurs ont en outre montré récemment l’existence en Afrique du Nord de souches devenues résistantes aux céphalosporines de troisième génération et aux carbapénèmes, « le dernier rempart thérapeutique contre la bactérie ».

Quant à l’Europe, le risque est la contamination de la volaille d’élevage, entraînant une propagation à grande échelle. Les chercheurs soulignent l’importance d’une veille microbiologique nationale et internationale, en particulier pour les pays du Sud, et la nécessité de rationaliser l’utilisation des antibiotiques dans les filières d’élevage à l’échelle mondiale.

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 9

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter