Sécheresse et malnutrition dans la Corne de l’Afrique
Brève

Sécheresse et malnutrition dans la Corne de l’Afrique

21.07.2011

L’ONU a demandé 7,9 milliards de dollars, contre 7,4 milliards précédemment, pour l’aide humanitaire en 2011 destinée à aider des millions de personnes dans une trentaine de pays, dont ceux de la Corne de l’Afrique où sévit une très grave sécheresse.

Dans son rapport présenté par la secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valérie Amos, l’ONU souligne que « le développement le plus inquiétant est la sécheresse dans la Corne de l’Afrique ». Les 500 millions de dollars supplémentaires incluent les 120 millions de dollars réclamés par la FAO (organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture) pour affronter la crise dans cette région de l’Afrique, alors que l’état de famine a été proclamé dans deux régions de la Somalie. La sécheresse dans cette région de l’Afrique est « la pire enregistrée en 60 ans », note l’organisation. La population vulnérable ne cesse de croître avec « plus de 10 millions de personnes », à Djibouti, en Éthiopie, au Kenya, en Somalie ou en Ouganda. Un responsable des opérations d’urgence de l’UNICEF, Dermot Carty, a alerté sur « la malnutrition aiguë » qui frappe plus de 300 000 enfants dans le sud de la Somalie et « les menaces de mort imminente si des mesures immédiates » ne sont pas prises pour leur porter secours. Selon lui, des « milliers d’enfants » sont déjà morts en Somalie en raison de la famine.

Les résultats d’une évaluation nutritionnelle réalisée à la mi-juin par Médecins sans frontières (MSF) parmi les réfugiés somaliens qui affluent autour du camp de Dadaab, dans le nord-est du Kenya, confirment ces craintes. Près de 38 % des 500 enfants de 6 mois à 5 ans qui ont été examinés souffraient de malnutrition aiguë globale, dont 17,5 % étaient sévèrement atteints avec un risque élevé de décès.

Selon le directeur général du Programme pour l’environnement des Nations unies, la sécheresse notamment serait un signe du changement climatique. « L’étendue de ces désastres naturels va augmenter de façon exponentielle », a-t-il expliqué devant le Conseil de sécurité, évoquant des menaces pour la sécurité mondiale.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter