Haïti : des soldats népalais malades ont pu transmettre le choléra
Brève

Haïti : des soldats népalais malades ont pu transmettre le choléra

01.07.2011

Le rapport de la mission conduite par le Dr Renaud Piarroux à la demande des autorités françaises, elles-mêmes sollicitées par le gouvernement haïtien de l’époque, vient d’être publié dans la revue « Emerging Infectious Diseases » des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). L’étude, intitulée « Comprendre l’épidémie de choléra », confirme l’hypothèse déjà formulée par le Dr Piarroux : le camp de l’ONU où résidaient des Casques bleus népalais est sans doute à l’origine de la contamination de la rivière Artibonite et de l’un de ses affluants, la rivière Meille par le vibrion cholérique.

« Il y a une parfaite corrélation dans le temps et les lieux entre l’arrivée du bataillon népalais venant d’une région où sévissait une épidémie de choléra et l’apparition des premiers cas, à Meille, quelques jours plus tard », indiquent les auteurs. L’infection s’est rapidement propagée à partir de cet affluent où les soldats déversaient les eaux usées et les matières fécales pour toucher simultanément 7 communes.

Selon les auteurs, l’épidémie n’a pas pu être importée par un « soldat porteur asymptomatique » de la souche – le risque d’une telle transmission est connu –, les doses nécessaires à l’apparition d’une infection chez des patients qui auraient bu l’eau contaminée n’auraient pas été suffisantes. « Nous pensons que des cas symptomatiques sont apparus au sein même du camp de la MINUSTAH », concluent-ils. Des investigations ont montré que beaucoup de ceux qui avaient été infectés travaillaient dans des rizières sur l’Artibonite et ont pu donc boire l’eau contaminée.

Les résultats d’une telle étude sont importants afin de mettre fin aux rumeurs d’une importation volontaire du choléra mais aussi pour mieux adapter les mesures de contrôle et de prévention. Ils mettent hors de cause la culture du riz dans l’Artibonite – celle-ci a subi de lourdes pertes – et elle va aider à adapter les procédures d’intervention des organismes internationaux.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Entaille dans la liberté d'installation : les petits hôpitaux préconisent une « obligation à servir » de 3 à 5 ans

liberte installation

Suppression partielle de la liberté d'installation, maillage renforcé du territoire en centres de santé… La Coordination nationale des... 13

Violences obstétricales : un collectif d'usagers appelle à la prise de conscience des soignants

maltraitance

Alors que le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes conduit toute une batterie d'auditions préalables à la publication, au... 5

Harcèlement sexuel : le Haut Conseil à l'égalité salue l'annonce du gouvernement d'un projet de loi en 2018

Weinstein

Procès de Pontoise sur le viol d'une mineure de 11 ans que le parquet qualifie « d'atteintes sexuelles », polémique Christine Angot après... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter