Aspartame : 3 parlementaires demandent une réévaluation immédiate
Brève

Aspartame : 3 parlementaires demandent une réévaluation immédiate

29.06.2011

Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne, Anny Poursinoff, députée écologiste des Yvelines, et Corinne Lepage, députée européenne, ont lancé ce 29 juin un appel à la prudence et demandé la réévaluation complète et immédiate de l’aspartame. Lors d’une conférence de presse organisée à l’Assemblée nationale par le Réseau environnement santé (RES) et Générations futures, à l’initiative des deux membres de l’Assemblée nationale, ils ont en particulier souligné que « la dose journalière admissible (DJA) de cet édulcorant repose sur des études non publiées, introuvables et de qualité douteuse ».

Les parlementaires relèvent en particulier que les deux études expérimentales de cancérogénicité de 1973 et 1974 qui ont servi à la Food and Drug Administration (FDA) pour définir l’actuelle DJA de 40 mg/kg/j n’ont jamais fait l’objet de publication. Et c’est sur la seule foi de l’analyse de la FDA que les autorités européenne et française ont validé la DJA. Or, souligne le RES, des témoignages de chercheurs travaillant à la FDA, comme celui de la toxicologue Jacqueline Verett, ou celui, en 1977, du Dr Jérôme Bressler, qui dirigea le groupe de travail chargé de valider l’authenticité des principales études fournies par les laboratoires Searle (la compagnie pharmaceutique détentrice du brevet de l’aspartame) mettent en doute la méthodologie de ces études. Sollicitées par le RES, les autorités européennes (EFSA) et françaises (ANSES) ont reconnu ne pas être en possession de ces études.

Face à ces interrogations, la Commission européenne a récemment demandé à l’EFSA une réévaluation anticipée de l’aspartame. Celle-ci devrait se terminer d’ici à l’été 2012.

Les 3 députés, tout comme le RES ou Générations futures et comme certains médecins, ne veulent pas attendre. En plus de la réévaluation, ils souhaitent que des règles de prudence soient rapidement prises, en particulier pour les femmes enceintes. Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a déjà été alerté à ce sujet.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.06.2011 à 20h02

« Heu, on peut encore manger ? Ou on doit vivre d'amour et d'eau fraîche ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter