Vol Rio-Paris : les corps vont être repêchés et identifiés
Brève

Vol Rio-Paris : les corps vont être repêchés et identifiés

01.06.2011

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009, l’airbus A330-203 de la compagnie Air-France s’abîmait en mer à environ 1 150 km au large des côtés brésiliennes, faisant 228 morts de 32 nationalités, dont 72 Français et 58 Brésiliens. Deux ans plus tard, les restes de l’avion ont été retrouvés, rendant possible le repêchage des corps. Les spécialistes de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), de la gendarmerie marine et de celle des transports sont d’ores et déjà parvenus à en repêcher 75 d’entre eux entre le 23 et le 30 mai. Un chiffre qui devrait, selon toute vraisemblance, augmenter ces prochains jours, puisque les opérations sont toujours en cours. Au total, les corps de 127 victimes du crash de l’Airbus A330, sur 228, ont été remontés à la surface en comptant les 50 dépouilles recueillies les jours suivant la catastrophe, et les 2 lors de la découverte des boîtes noires. « Tous les corps ne seront pas remontés mais nous faisons tout ce qu’il est en notre pouvoir pour en recueillir une majorité », déclare au « Quotidien » le Dr Yves Schuliard, médecin chef de service de santé des armées et médecin légiste, responsable technique pour l’identification médico-légale des victimes du vol Rio-Paris.

L’identification d’une majorité d’entre eux devrait être possible. Le procureur adjoint du tribunal de grande instance de Paris et les responsables de l’IRCGN avaient en effet annoncé mi-mai la possible extraction d’ADN, y compris nucléaire, sur les 2 premiers corps retrouvés près de 2 ans après le crash. Une fois remontées à la surface et maintenus sur le bateau dans un container frigorifique, les dépouilles seront rapatriées d’ici à une quinzaine de jours à l’Institut médico-légal de Paris pour subir des analyses approfondies. Examens radiographiques et dentaires devraient suffire à l’identification de certains. Pour les autres, des prélèvements ADN seront effectués. « C’est une méthode certes coûteuse, mais le prix est secondaire », affirme le Dr Yves Schuliard. Ces examens devraient en outre permettre aux enquêteurs d’éclaircir certains points sur le déroulement de l’accident lui-même. Lors d’une cérémonie qui a réuni au Père-Lachaise 200 proches des victimes, le directeur général d’Air France Pierre-Henri Gourgeon leur a déclaré : « Nous avons l’espoir de ne plus vivre dans l’incertitude », avant d’ajouter : « Tous, nous voulons comprendre par quel enchaînement fatal cette catastrophe s’est produite (...) Cela contribuera à faire progresser la sécurité aérienne mondiale. »

> C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter