Tout régime mérite réflexion, rappelle l’ANSES
Brève

Tout régime mérite réflexion, rappelle l’ANSES

12.05.2011

À quelques semaines de l’été, l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) rappelle que la pratique de régimes amaigrissants « n’est pas un acte anodin » (en particulier pour les adolescentes, les femmes enceintes et les personnes âgées) et doit être accompagnée.

Dans un avis, publié aujourd’hui (www.anses.fr), l’agence renouvelle la mise en garde, déjà donnée à l’occasion de la sortie du rapport d’expertise en novembre dernier. Depuis, de nouvelles contributions (provenant de sociétés savantes – dont la Fédération nationale des associations médicales de nutrition –, d’associations de consommateurs, de promoteurs de régimes et de syndicats professionnels) sont venues renforcer les précédentes conclusions.

Parmi la plus centrale, l’agence insiste sur le fait que « la recherche de perte de poids par des mesures alimentaires ne peut être justifiée médicalement que par un excès pondéral effectif », l’obésité étant défini chez les moins de 65 ans par un IMC égal ou supérieur à 30 kg/m2. « Cette démarche doit faire l’objet d’une prise en charge par des spécialistes – médecins nutritionnistes, diététiciens – qui seront les plus à même de proposer le régime alimentaire correspondant le mieux aux caractéristiques de la personne ». L’analyse des données scientifiques a permis de mettre en évidence, « sur la base de la littérature scientifique, des risques cliniques, biologiques, comportementaux, ou psychologiques liés à la pratique des régimes amaigrissants, menés sans recommandation ni suivi d’un spécialiste, très largement diffusés auprès du public dans le commerce et sur Internet ». Elle a aussi établi que la pratique des régimes peut provoquer « des modifications profondes du métabolisme énergétique du corps », lesquelles sont souvent à l’origine du cercle vicieux d’une reprise de poids à plus ou moins long terme. L’ANSES rappelle que « rien ne peut remplacer, en terme de santé, une alimentation équilibrée, diversifiée, en veillant à ce que les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins ». Avec l’évolution des habitudes alimentaires, l’activité physique régulière est également un bon moyen de réduire les risques de prise de poids. Le surpoids et l’obésité touchent respectivement 32 % et 15 % des personnes de plus de 18 en France.

 S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... Commenter

Stages en cabinet, exonération de charges, bus médicalisés... : le SML délivre son ordonnance contre les déserts

Après la prise de position d'Agnès Buzyn contre la coercition à l'installation, le SML se réjouit du pragmatisme ministériel. Le syndicat... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter