La lutte contre le sida victime des arbitrages budgétaires
Brève

La lutte contre le sida victime des arbitrages budgétaires

28.03.2011

« Xavier Bertrand recule sur le plan de lutte contre le sida et les IST », affirme un collectif d’associations de lutte contre le sida*, parmi lesquelles Act-Up, AIDES, Actions traitements ou Sidaction. « Le ministre de la Santé vient d’arbitrer des baisses de financement pour toutes les associations de lutte contre le VIH et les IST. Les baisses, annoncées par la direction générale de la Santé (DGS), vont jusqu’à 14 % », expliquent-elles. La DGS va rompre certains partenariats en cours et précise « qu’elle n’envisage plus d’en conclure de nouveaux », soulignent les associations.

Les coupes de budget vont entraîner des procédures de licenciement dans les associations, sur des programmes à destination des populations les plus exposées au risque de transmission, estime le collectif. « Au-delà de la prévention, ces restrictions vont aussi compromettre des actions sociales, d’accès aux soins et aux droits et d’éducation thérapeutique en direction des personnes vivant avec le VIH ou une hépatite », déplore-t-il.

La France compte près de 7 000 nouvelles infections par le virus du sida chaque année, de 40 000 à 50 000 personnes sont porteuses du VIH/sida sans le savoir et le nombre d’infections à gonocoque et chlamydia est en augmentation. Le plan Sida annoncé en novembre 2010 par Roselyne Bachelot prévoit la mise en place du dépistage généralisé et des actions ciblées vers les populations plus particulièrement touchées par l’épidémie, avec une implication forte du milieu associatif.

Alors que l’année 2011 est labellisée « Année des patients et de leurs droits » par le ministère de la Santé, les personnes vivant avec le VIH se demandent si 2011 et 2012 ne seront pas des années où « le ministère capitulera devant enjeux de santé publique ».

* Actions Traitements, Act Up, Aides, ALS, Angel 91, ATENA, Beit-Haverim, Cabiria, Cégom, Chrétiens et sida, Collectifdom, Dessine-moi un mouton, Ensemble pour une santé solidaire, Inter-LGBT, le MAG, le Planning Familial, Raac-sida, le Refuge, Sidaction, SNEG, Total Respect, UNALS

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.03.2011 à 09h32

« On aimerait bien que toutes ces associations se préoccupent des comportements à risques et d'auto-protection que de les voir se contenter de réclamer de l'argent. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

2 700 signalements d'effets indésirables liés au DIU Mirena entre mai et août 2017

mirena

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rendu publics les premiers résultats d'une enquête de... Commenter

Tarifs de radiologie : le Sénat enterre le spectre des décotes tarifaires autoritaires 

radiologues

Les syndicats de médecins libéraux, et notamment de radiologues, ont été entendus par le Sénat. Vendredi soir en séance publique, les élus... Commenter

« Zéro sexisme », « zéro harcèlement » : la contre-attaque des internes pour briser le tabou et porter plainte

SEXISME

Après la publication de l'enquête édifiante dénonçant la banalisation du sexisme et du harcèlement sexuel au cours du cursus,... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter