Les salariés de Pasteur Lille une nouvelle fois dans la rue
Brève

Les salariés de Pasteur Lille une nouvelle fois dans la rue

18.02.2011

« Salariés en colère », « Déchets d’activités financières »... Une centaine de blouses blanches de l’institut Pasteur de Lille ont bloqué ce vendredi le boulevard Louis XIV, à Lille, provoquant d’importants bouchons à l’entrée de la ville. À l’origine de ce mouvement : un plan de restructuration touchant 133 salariés de la branche « Analyses environnementales et alimentaires ».

Très lucrative, cette activité a longtemps financé les activités de recherche de l’Institut Pasteur. Mais au milieu des années 2000, l’ouverture du marché des analyses à la concurrence européenne a fait chuter les prix et la rentabilité de l’activité, plongeant Pasteur Lille dans de graves difficultés financières. « Malgré cette situation, la direction s’est lancée dans une politique de rachat de laboratoires un peu partout en France : 14 unités ont été acquises depuis 2004. Cette fuite en avant a aggravé les pertes financières », estime Carole Leconte, secrétaire du comité d’entreprise, qui dénonce des erreurs de gestion.

En janvier 2010, Philippe Amouyel, directeur général, décide de filialiser les activités d’analyse : 350 personnes sont transférées de la Fondation Institut Pasteur vers la nouvelle filiale Santé Environnement durable. Opposés à cette décision, les salariés descendent dans la rue et alertent Martine Aubry, maire de Lille, redoutant que cette filialisation ne fragilise l’emploi. L’avenir leur a donné raison : treize mois plus tard, les mauvaises nouvelles tombent. Un plan de restructuration touchant 133 personnes est annoncé pour le mois de mars : 48 salariés sont licenciés et 85 autres touchés par un projet de cession de l’activité d’analyses alimentaires.

« Ce plan ne concerne qu’une partie de nos activités, tempère Eric Diers, directeur général d’IPL Invest. Les résultats 2010 ne sont pas bons et nous avons décidé de nous concentrer sur les activités pour lesquelles nous avons une position de leader, à savoir l’eau, l’environnement et l’hygiène hospitalière. Nous allons céder l’activité d’analyses alimentaires. Et c’est au repreneur de décider combien de salariés il souhaite garder, en fonction de ses objectifs. »

FLORENCE QUILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Buzyn : « vers une tarification à la qualité et au parcours, y compris en médecine de ville »

buzyn epreuve de verite public senat

Agnès Buzyn a affirmé lundi vouloir « aller vers une tarification à la qualité et au parcours de soins, y compris en médecine de ville,... 7

La revaccination par le BCG protège contre la tuberculose persistante

vaccination

La vaccination des adolescents à haut risque par le BCG permet de prévenir le risque de tuberculose persistante, selon un essai de phase 2... Commenter

Simone Veil entrera au Panthéon le 1er juillet

Simone Veil

Simone Veil, et son époux Antoine Veil à ses côtés, fera son entrée au Panthéon le 1er juillet. La cérémonie, qui sera diffusée en direct à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter