Salles de shoot : vives réactions à l’avis de l’Académie
Brève

Salles de shoot : vives réactions à l’avis de l’Académie

14.01.2011

Les réactions à l’avis de l’Académie nationale de médecine, qui a confirmé son opposition aux salles de consommation de drogues (« le Quotidien » du 14 janvier) ne se sont pas faites attendre.

Du côté de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), Étienne Apaire s’est félicité d’une approche qui « conforte la position du gouvernement et du Premier ministre ». En plein cœur de la polémique sur le sujet, François Fillon avait en effet affirmé que ces salles ne sont « ni utiles ni souhaitables ».

Le président de la MILDT, qui doit s’exprimer le 19 janvier devant la Commission parlementaire constituée en décembre dernier afin de réfléchir à la question, se réjouit de pouvoir bénéficier de cet appui médical. « Les experts de l’INSERM n’étaient pas tous médecins. Or là, nous avons non pas une expertise mais un avis de médecins qui tient compte de l’éthique médicale, et qui dit très clairement qu’il y a plus de risques que de bénéfices en ce qui concerne les salles de shoot », a-t-il souligné, avant d’ajouter : « J’utiliserai la semaine prochaine devant les parlementaires cet avis ».

Du côté des associations, la critique est sévère. Elles reprochent à l’Académie de manier « l’idéologie en guise d’expertise », Act-up allant jusqu’à affirmer que l’avis témoigne du refus de l’Académie « de travailler avec le minimum d’honnêteté intellectuelle ». Jean-Pierre Couteron, président de l’Association nationale des intervenants en toxicomanie et addictologie (ANITEA) juge que cet avis « se réfère peu aux études scientifiques sur ce sujet et (qu’)il y a des confusions : ils parlent d’injections médicalement assistées, or dans les salles de consommation, c’est l’usager qui s’injecte, les médecins et infirmiers n’y participent pas. La salle de consommation consiste juste à ouvrir un espace sécurisé » pour les toxicomanes. À AIDES, Christian Andreo dénonce « une vision moraliste et complètement déconnectée de la réalité scientifique et de l’évaluation des programmes existants ».

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
14.01.2011 à 18h38

« Partout où cela se pratique, cela a donné des résultats positifs et a permis à certains drogués de se sortir de leur spirale infernale, nos académiciens sont en dehors du coup. Ils devraient s'intér Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 4

La chirurgie cardiaque chez des nouveau-nés associée à un risque 20 fois plus élevé de perte auditive

bebe

Une étude observationnelle monocentrique, menée à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, aux États-Unis, et dont les résultats sont... Commenter

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter