Une mission parlementaire sur les salles de shoot pour prendre de la hauteur
Brève

Une mission parlementaire sur les salles de shoot pour prendre de la hauteur

16.12.2010

La mission commune d’information de l’Assemblée nationale et du Sénat sur les toxicomanies a tenu mercredi sa réunion constitutive. Cette mission fait suite au débat ouvert cet été après les déclarations de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, qui, s’appuyant sur un rapport de l’INSERM, avait suggéré l’ouverture « à titre expérimental » de salles de consommation. Le projet appuyé par des scientifiques comme le Pr Françoise Barré-Sinoussi, des associations réuni au sein d’un collectif (Asud, Anitea, Act Up, Gaïa Paris, Safe, SOS Hépatites Paris, salledeconsommation.fr, AIDES, AFR, Élus santé publique et territoires, Élus locaux contre le sida, Sidaction) et des élus locaux regroupés dans l’association Élus, santé publique et territoires (ESPT) avait soulevé une vague de contestation. Le Premier ministre, François Fillon, avait tranché en jugeant ces dispositifs « ni utiles ni souhaitables ».

C’est dans ce contexte que les présidents UMP du Sénat, Bernard Larcher et de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, avaient indiqué dès le mois d’octobre leur intention de créer une mission : « Sujet de société et de santé publique, (la toxicomanie) mérite d’être abordée avec une certaine hauteur de vue. Il convient aujourd’hui d’en actualiser la réflexion. »

La mission d’information, composée de 15 sénateurs et 15 députés, est coprésidée par le député PS Serge Blisko et le sénateur UMP François Pillet. Deux rapporteurs ont été nommés, la députée UMP Françoise Branget et le sénateur radical Gilbert Barbier. La mission a inclus dans son périmètre d’investigations les politiques de santé publique, de sécurité publique et d’action sociale. Elle s’est donnée jusqu’au mois de juin 2011 pour formuler ses propositions.

lequotidiendumedecin.fr, le 16/12/2010

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
16.12.2010 à 18h44

« Il faut saluer cette mission. Il est urgent de s'interroger sur le bien-fondé d'une politique de santé publique basée sur la prohibition. Cette politique profite aux gangs. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Entaille dans la liberté d'installation : les petits hôpitaux préconisent une « obligation à servir » de 3 à 5 ans

liberte installation

Suppression partielle de la liberté d'installation, maillage renforcé du territoire en centres de santé… La Coordination nationale des... 13

Violences obstétricales : un collectif d'usagers appelle à la prise de conscience des soignants

maltraitance

Alors que le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes conduit toute une batterie d'auditions préalables à la publication, au... 5

Harcèlement sexuel : le Haut Conseil à l'égalité salue l'annonce du gouvernement d'un projet de loi en 2018

Weinstein

Procès de Pontoise sur le viol d'une mineure de 11 ans que le parquet qualifie « d'atteintes sexuelles », polémique Christine Angot après... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter