Les polluants contrarient les bienfaits de l’amaigrissement chez les obèses
Brève

Les polluants contrarient les bienfaits de l’amaigrissement chez les obèses

15.12.2010

Des chercheurs de l’INSERM et de l’INRA ont mesuré le taux de certains polluants, les POP (polluants organiques persistants), comme les PCB ou les dioxines, chez 70 personnes obèses suivies à l’hôpital dans le cadre d’une chirurgie de l’obésité associée à un régime. Les taux mesurés à partir d’échantillons sanguins et de tissus adipeux ont été comparés à ceux de personnes minces.

Selon ces travaux, les personnes obèses ont une quantité totale de polluants de 2 à 3 fois plus élevée que les personnes minces. Cela confirme les résultats de plusieurs études qui avaient montré que la persistance des POP dans les tissus est due à une affinité particulière des cellules graisseuses pour ces substances.

Les chercheurs ont aussi étudié les effets d’un amaigrissement drastique sur la teneur globale des polluants dans l’organisme. Leurs données révèlent une augmentation de la concentration sanguine des POP. « Cette observation peut s’expliquer par une libération progressive des polluants dans la circulation sanguine du fait de la réduction de taille des cellules graisseuses », explique Robert Barouki, l’un des auteurs. La modification de la répartition des polluants se traduit ensuite par une baisse de la quantité totale des polluants les plus abondants, tels que les PCB, de 15 % au bout de 6 mois à 1 an, mais pas des dioxines.

Une analyse des données biologiques et cliniques confirme que l’amaigrissement améliore les fonctions hépatiques, cardiovasculaires et pancréatiques chez tous les patients mais montre, ce qui était moins attendu, que cette amélioration est plus lente chez ceux présentant les taux de polluants sanguins les plus élevés.

Compte tenu de l’échantillon étudié – des personnes n’ayant pas été particulièrement exposées à ces polluants et qui donc présentaient des quantités de polluants relativement communes – l’étude pose la question de l’effet des fortes expositions sur les paramètres cliniques et biologiques. Elle milite en faveur de la prévention contre la contamination par les POP.

lequotidiendumedecin.fr, le 15/12/2010

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une nouvelle approche permet de booster le vaccin contre la grippe

Grippe

Une équipe de chercheurs américains a identifié et éliminé les mécanismes de défense du virus de la grippe, créant un candidat vaccin à la... 2

La FMF veut mettre un terme au « libéral bashing »... et simplifier l'exercice

fmf

À l'occasion de ses vœux pour 2018 présentés ce jeudi, la Fédération des médecins de France (FMF) a souhaité la fin du « libéral bashing »,... 1

Du dentifrice contre le palu : la découverte d’une intelligence artificielle

Dentifrice Palu Robot Eve Intelligence artificielle

Des chercheurs anglais, avec l’aide d’Eve, un « robot scientifique », ont découvert que le triclosan, un antibactérien largement utilisé... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter