Un décès lié au perchloroéthylène d’un pressing
Brève

Un décès lié au perchloroéthylène d’un pressing

13.12.2010

Une information judiciaire a été ouverte à Nice pour « homicide involontaire » et « poursuite de l’exploitation d’une installation classée non conforme à la mise en demeure », après le décès, en 2009, d’une femme habitant au-dessus d’un pressing et intoxiquée par des rejets de perchloroéthylène.

L’installation de nettoyage à sec, ouverte en 2008 et fermée depuis cet été, avait été jugée, en août 2009, non conforme aux conditions d’exploitation fixées par la loi, notamment en termes d’étanchéité des murs et plafond, selon la préfecture. Mais le propriétaire du commerce n’avait procédé à aucuns travaux et les émanations très fortes de perchloroéthylène, dénoncées à de nombreuses reprises par la retraitée José-Anne Bernard et d’autres copropriétaires, avaient perduré sans que les autorités n’interviennent plus, dénonce Frédéric Bernard, le fils de la victime. Sa mère septuagénaire est décédée le 25 décembre 2009 d’une attaque cardiaque. Une autopsie a révélé qu’elle avait été intoxiquée au perchloroéthylène. « Elle en avait dans tous les organes, sauf dans l’estomac », ce qui exclut l’hypothèse d’un suicide ou d’une ingestion par accident, dit son fils.

Membre de l’Association de défense des victimes d’émanation de perchloroéthylène des pressings (basée à Rennes), Frédéric Bernard dit aujourd’hui se battre pour « que ce genre de choses n’arrive plus » et que les victimes d’émanations de ce solvant ayant « des lésions définitives au cerveau puissent être sauvées ». Et de prendre pour exemple un jeune restaurateur rennais présentant ce genre de lésions qui se bat lui aussi pour la fermeture du pressing attenant à son commerce.

Le perchloroéthylène est classé parmi les composés chimiques cancérogènes probables pour l’homme par le Centre international de recherche sur les cancers. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), dans un avis rendu en octobre suite à des travaux d’expertise, estime « qu’en l’état actuel des connaissances, un effet cancérogène lié à une exposition au perchloroéthylène ne peut être écarté ». Outre la fixation d’une valeur limite d’exposition professionnelle, l’Agence recommande le développement de solutions permettant à terme de substituer le perchloroéthylène par des agents chimiques moins nocifs et la mise en place d’une veille active sur les données bibliographiques nouvelles.

lequotidiendumedecin.fr, le 13/12/2010

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Les gynécologues s’inquiètent de l’explosion des césariennes dans le monde

Césarienne

Le nombre de césariennes dans le monde a augmenté de façon critique. La profession médicale ne peut par elle-même corriger cette tendance,... Commenter

« Croisade infâme », pétition : les défenseurs de l'homéopathie ne désarment pas

homeopathie

Au moment où l'étau se resserre fortement sur l'homéopathie – le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2019 prévoit un... Commenter

Chirurgie du cancer : le député médecin Olivier Véran s'attaque aux opérations sans agrément

veran

Le Dr Olivier Véran, rapporteur général (LREM) de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, a dévoilé ce lundi deux... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter