Même « petite », la prématurité à risque de retard cognitif
Brève

Même « petite », la prématurité à risque de retard cognitif

22.11.2010

Les bébés nés entre 34 et 36 semaines d’aménorrhée (SA) sont 2 à 3 fois plus à risque d’avoir un quotient intellectuel plus bas et de présenter des troubles de l’attention à l’âge de 6 ans. C’est ce que montre une étude américaine cas-témoin très rigoureuse menée par le Dr Nicole Talge publiée dans « Pediatrics ». Les données des « petits prémas » nés entre 1983 et 1985 ont été comparées à celles recueillies au cours de leur sixième année. Chaque enfant était apparié à un « témoin » né à terme comparable par ailleurs pour le quotient intellectuel maternel et le poids de naissance pour l’âge gestationnel. Comme les auteurs le soulignent, tous les bébés ne présentent pas de troubles du comportement ni de retard intellectuel. Il reste à déterminer la responsabilité de facteurs tels que les complications obstétricales, néonatales et l’alimentation.

« Pediatrics », publication en ligne.

Quotimed.com, le 22/11/2010

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Live chatRéforme du système de santé : posez vos questions à Agnès Buzyn

Buzyn live chat

Tiers payant généralisé, recertification, fin du numerus clausus, création des assistants médicaux, délégation de tâches, réforme de la... 2

La dépression a touché près de 10 % des Français en 2017

depression femmes

Je déprime, tu déprimes, elle nous « fait » une petite dépression… À force d’être utilisé dans le langage courant, le terme « dépression »... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter